AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Naaaaaaaaaaaaaaahh heu rien.. [pv]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Iseult Ethylda
Modérateur MH
avatar

Nombre de messages : 721
Age : 32

Pensine
Gallions:
550/1000  (550/1000)
Année d'étude: 1er
Sorcier de niveau: 1

MessageSujet: Re: Naaaaaaaaaaaaaaahh heu rien.. [pv]   Lun 31 Mar - 18:35

Iseult, en s’avançant vers Lars pour pouvoir parler le plus discrètement possible, avait trébuché et s’était rattraper du mieux qu’elle avait pu mais elle avait tout de même perdu l’équilibre à sa plus grande surprise. Elle poussa un léger cris de stupeur avant de plaquer sa main libre sur sa bouche avec une expression d’horreur pendant que Lars la rattrapait pour l’empêcher de se faire mal d’avantage. Elle resta comme figée pendant quelques minutes… Minutes qui passèrent à une lenteur affolante, l’atmosphère s’alourdissant d’un seul coup, la crainte de se faire piquer pour une si petite faute se mêlant allègrement à cette ambiance pesante. C’était un peu comme si on avait l’impression de manquer d’air, d’étouffer, ou bien était ce par ce qu’Iseult avait inconsciemment boucher la moitié de son nez en se plaquant la main sur la bouche à une telle vitesse qu’elle s’en était couper la lèvre inférieur avec ses dents…

Puis, voyant que le concierge n’avait rien entendu, Iseult relâcha la pression qu’elle s’était mise toute seule et retint un rire nerveux. Elle s’était faite une belle frayeur à elle toute seule mais c’était justifié, elle aurait pus se faire prendre et Lars avec… Oh elle se fichait pas mal de se faire prendre, en plus, il lui suffirait de jouer la pauvre petite première année qui s’était perdu en suivant Peeves qui lui aurait piquer une affaire quelconque… Le concierge n’y verrait surement que du feu… Elle était très bonne comédienne quand elle le voulait, elle l’avait souvent fait pour couvrir une bêtise de ses frères… Elle n’appelait pas ça le mensonge mais :  « Se sortir d’une mauvaise situation avec ruse »… Elle avait donc finit par relever ses grands yeux vers Lars jusqu’à croiser le regard profond et mystérieux du jeune homme qui la regardait d’une drôle de façon. Il devait penser et cette petite curieuse de Iseult aurait bien aimer savoir ce que cachait ce regard tellement étrange… Elle n’avait encore jamais vu quelqu’un regarder une autre personne de cette façon…

Elle lui avoua alors qu’il était le premier à se rendre compte qu’elle existait. Elle sourit alors en voyant son expression, se doutant qu’elle devait être une des rares (si ce n’est la première) a lui dire ce genre de chose… Elle n’osa donc pas imaginer quelle aurait été la réaction du jeune homme si elle lui avait aussi avouer à quel point elle se sentait bien et en confiance avec lui… Et si elle se mettait à parler de ses yeux, elle ne finirait jamais, ils étaient à la fois tout et leur contraire, paraissant tellement froids et inexpressif mais d’une chaleur incomparable si on se donnait la peine de les regarder… Peu être Iseult était-elle la seule élève à avoir le droit de s’en rendre compte, peu être était-elle la seule avec qui le jeune homme ne glaçait pas instantanément son regard, le rendant dur et impénétrable… On disait que les yeux, c’était le reflet de l’âme et Iseult croyait à se dicton. Elle était donc persuadé que bien qu’il le cache souvent, et surement même tout le temps, Lars avait du cœur, et même un grand cœur… Parfois, il se trahissait même tout seul dans ses paroles, surement même sens s’en rendre compte… C’était comme si elle le connaissait depuis toujours et parfois, elle avait presque l’impression de le comprendre rien qu’à l’expres​sion(pourtant très peu visible et rare) de son visage. A certains moment, elle devinait même certaines de ses paroles avant qu’il ne les prononce… C’était vraiment curieux ce lien qui s’était tissé entre eux. Mais, bien que manquant d’expérience de la vie, Iseult savait parfaitement que ce lien ne casserait pas, ou alors dans un cas très peu probable et quasiment inexistant, avec énormément de difficultés…

Lars sembla enfin sortir de sa rêverie, que dis-je de son état quasi léthargique et sourit pour une raison qui était inconnue à la petite Gryffondor. Son cerveau se mis immédiatement en marche pour essayer de trouver le pourquoi du comment mais elle oublia instantanément sa curiosité en sentant que Lars l’entrainait vers une destination qu’elle n’identifia pas tout de suite mais qui se trouva être le fond de la cachette. L’espace était un peu plus restreint ce qui obligeait Lars et Iseult à rester très prés l’un de l’autre mais dans le fond, c’était mieux qu’ils soient le plus loin possible du tableau, il y avait ainsi moins de risque qu’on puisse les entendre… Elle sentit bientôt que Lars se penchait vers elle, surement pour lui parler, restant prudent malgré tout, et comme l’endroit était peu spacieux, il s’appuya légèrement contre l’épaule de la jeune fille. Puis elle entendit bientôt sa douce voix chaude et qui ne perdait pas ses accents de réconfort même si pour cette fois, elle semblait légèrement gênée…

On a pas le choix pour l’instant, ce que tu me dis me fait plaisir, je t’avoue sans peine, que tu es la première personne tout court, avec qui je m’entend aussi bien…

Iseult ne pu s’empêcher de détourner légèrement la tête pour observer Lars, comme pour vérifier s’il ne se moquait pas d’elle-même si elle savait que ce n’était pas le cas puisque le ton du jeune homme était parfaitement sincère. Et puisqu’elle n’eu d’autre choix que de voir immédiatement les deux orbes nuit qui semblait la regarder avec toute leur attention. Lars semblait captivé par les yeux d’Iseult et son regard brillait d’une lueur que la demoiselle n’avait encore jamais vu chez les autres… Elle sourit légèrement, par habitude et aussi par ce qu’elle avait compris que Lars semblait beaucoup s’amuser pour ne pas dire s’émerveillé de ses sourires tellement nombreux… Elle était cependant soulagée qu’il s’intéresse tellement à ses yeux par ce qu’elle avait ainsi un faible espoir qu’il n’ai rien remarquer de l’embrasement qui avait pris ses joues toutes rondes. Prenant le dessus sur sa peau pâle, les pommettes à présent légèrement rosie…

Elle avait été très touchée par ce que Larsen venait de lui dire et à bien y réfléchir, il était aussi la première personne avec qui elle s’entendait si bien… Oh Iseult était le genre de personne qui s’entend avec tout le monde. Avec elle, ou ça passe, ou ça casse. Elle s’entendait bien avec Lily et Jamison aussi mais pas de là a transgresser le règlement avec elles et puis elle ne se confirait surement pas autant… Il y avait aussi ses frères mais ce n’était pas la même chose… Pour on ne savait quelle raison, elle n’arrivait pas a détacher son regard de celui de Lars et elle laissait le silence s’installer sans qu’il soit pesant pour autant, il était même plutôt réconfortant ce silence, presque normal… Elle sentit alors un drôle de gout dans sa bouche et se rappela qu’elle s’était couper la lèvre tout à l’heure et elle passa machinalement sa langue sur celle-ci en faisant une grimace au gout amère du sang pour que la salive fasse son travail et que sa mini coupure cicatrise presque instantanément…

Elle sourit, à la fois amusé et curieuse quand à la soudaine passion de Lars pour ses yeux. Mais elle ne se moquait pas, elle ne trouvait même pas ça étrange, se sentant elle-même capable de passé sa journée à dévisager les yeux du jeune homme et essayer d’en percer tous les mystères même si elle doutait pouvoir y arriver un jour… Mais ça ne l’ennuyait pas… Son regard se fit légèrement rêveur mais elle ne lâchait pas les yeux sans fin du beau brun qui semblait lui aussi ailleurs… Elle cherchait désespérément un quelconque sujet de conversation même s’il était plus prudent qu’ils restent silencieux jusqu’au départ du concierge, elle avait l’impression d’être stupide à le regarder comme ça en silence… Sans pour autant détacher les yeux de ceux de Lars, elle aborda le premier sujet qui lui vint en tête, d’une voix toujours aussi basse, douce et avec une petite pointe d’espièglerie, ses lèvres remuant à peine, comme par peur qu’il s’intéresse à autre chose que ses yeux…

-Dit, tu peux m’expliquer pourquoi le concierge n’utilise pas le même sort que toi pour savoir si on est là où non plutôt que de monter le siège dans la réserve ???

D’accord, j’avoue, c’était pas franchement le genre de question a poser alors que la jeune demoiselle prenait doucement conscience que ce moment était magique et qu’elle ne l’oublierait jamais. Elle se doutait aussi qu’avec le temps, Lars pourrait surement lire en elle comme dans un livre ouvert, si ce n’était pas déjà la cas… Mais elle n’allait pas lui confier ce genre de chose, du moins pas si vite, sinon, il ferait peu être une crise cardiaque vu comme il avait réagit tout à l’heure… Elle retint un rire amusé, une fois de plus, imaginant la scène et fit un léger mouvement de tête pour revenir à la réalité, ses yeux fixant ceux de Larsen avec une pointe d’excuse dans le font du regard. Oui, ça pouvait paraitre étrange mais elle s’excusait d’être partit dans son délire personnel alors qu’elle venait de lui poser une question… Peu être aussi qu’elle s’excusait pour cette question inopportune et franchement à coté de la plaque…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marauders-hogwarts.forumsactifs.com/fiches-personnages-f1
Lars Piercowski

avatar

Nombre de messages : 886
Age : 24

Pensine
Gallions:
0/0  (0/0)
Année d'étude: 7eme
Sorcier de niveau: 3

MessageSujet: Re: Naaaaaaaaaaaaaaahh heu rien.. [pv]   Jeu 3 Avr - 21:54

Larsen fut soulagé de constater qu’Iseult était aussi peu à l’aise que lui quelques instants plus tôt. Plus on est de cons, plus on … à l’air con, mais pas tout seul au moins, heu je range mes vieux dictons que Lao Tsu (n’) a (pas) dit jadis. Enfin bref, il ne lui échappa non plus, lorsqu’il avait répondu à son aveu, lui faisant lui-même les siens d’une voix au timbre qui n’était pas celui du garçon assurant, vif, parfois dur, attiré par la coté noir de la magie, par l’ancienneté et la malfaisance des formules, par les Inféris, ces êtres sans volonté, ramenés à la vie par des sortilèges puissants, dont seuls le parchemin et son frère, le papier ont gardés le souvenir ancestral, par la force de la magie, par ces trois frères, le Contrôle de L’Imperium, la Torture du Doloris et la Délivrance funeste de l’Avada Kedavra, mais plutôt celle du nouveau Larsen, amical, moins confiant, souciant de ne pas blesser, protecteur et … ébloui par deux immensités de pâturages verts, perdu dans cette Nouvelle Ere d’Amour, de Paix et d’Utopie, aberrante, illogique, insensée. Ce personnage complexe qu’était Lars n’était pas une devinette ou n’importe quel casse-tête dont la solution, une fois trouvée marche toujours, non pour comprendre, s’attacher à ce Serpentard un peu rebelle, il fallait posséder un trousseau de clefs. Le comprendre, c’était l’aimer, partager avec lui des moments, des souvenirs, une passion, ou rien… et tout à la fois.

Ne soyons pas dupes, en chaque personne réside cet étrange et absurde paradoxe qui ne se résout qu’a coup de diplomatie et de patience, de courage et d’attention, un peu comme de la reconnaissance à laquelle on aspire un retour qui vient toujours au centuple, et que l’on offre une nouvelle fois décuplé, avant de recevoir ce nouveau cadeau auquel on ne veux pas finir débiteur. D’une habile et experte technique, Lars décolla ses yeux du magnifique regard de la couleur de la maison du Serpent au prix d’un effort dantesque, titanesque et autodestructeur. Ses yeux trouvèrent aussitôt un passionnant et étonnant intérêt au mur juste à coté d’Iseult. Cependant son œil expert guettait toujours les deux émissaires du Chevalier à la cape verte et il put aussi voir une teinte rosée s’emparer très brièvement de la peau de nacre, ce qui lui réchauffa le cœur, bien qu’il mit un point d’honneur à n’y laisser rien paraître, pour ne pas embarrasser la belle aux cheveux bruns, un des nouveaux traits de caractère que ne possédait pas Larsouille, le serpentard solitaire et fermé, mais que Larsou, l’être qui était né ce matin là possédait et usait régulièrement. Le tout formait le Lars cet être ambiguë jusqu’au fond des yeux, Nounours seul sait à quelle profondeur ceux-ci descendaient tant ils paraissaient descendre plus bas que les Enfers, plus bas que le noyau terrestre plu bas encore que bas, défiait les limites d’une gravité absurde, de la raison, du possible, de l’invraisemblable. Continuant toujours plus bas, comme tiré par les chevaux ailes, fils de Pégase et du Ciel, annonçant le retour de Jupiter, de Junon, de Zeus et d’Héra, d’Achille, d’Ulysse, d’Hector, du Che Guevara et de Merlin, revenus apporter au monde la Lumière et le vert, merde !!! Voilà qu’il s’y était à nouveau fais prendre, dans ces immensités désertiques d’émeraudes, fragile et éblouissantes, de celles qui vous font tourner la caboche à n’en rien pouvoir dire de plus intelligent que « Rabablochon ».

Une nouvelle possibilité de s’extirper de ce paradis perdu au fond des yeux d’une jeune fille au nom venu des Terres de Bretagne, sembla venir lorsqu’elle se mit à sourire. Lars, dont le visage demeurait inexpressif, les yeux clignant rarement, tel une statue au regard vide, mais pas ahuri, empreint d’une force étrange, venue… presque d’une magie éloignée , les joues toujours blanches, n’ayant pas pris la moindre teinte rosées étant donné la qualité de l’effort fourni par le serpentard, se mit à sourire lui aussi, d’un sourire, intelligent et stupide, concentré et rêveur, ambitieux et perdus, lucide et aveugle, rayonnant et triste, passionné et ennuyé, vif et lent, mais tellement beau, un sourire au pris de vie humaine dont la multiplication par dix ne valait pourtant pas le tiers d’un de ceux de la fille au visage d’ange. Avec une voix un peu embrumée, comme perdue au fond d’un brouillard trop épais, le jeune homme dit, ne remarquant désormais plus rien, tout ses sens, hormis la vue endormis, il n’entendit même pas ce qu’il prononça lui-même d’une voix rendue chuchoté par une espèce … d’admiration, qui ne serait pas tarie quand bien même lorsque vieux et décrépit il reverrait cette fille dont il n’oublierait jamais le visage en ce délicieux matin frais :


- Tu sais… Finalement, j’ignore pourquoi mais je suis très heureux d’être là, avec toi… C’est comme… de la sorcellerie…vraiment…magique.


Je vous l’accorde, rien de bien brillant dans ces paroles pourtant les petites hésitations entre les mots, l’intonation douce et protectrice, amicale et poétique mise dans la voix était vraiment enchantée. Cette angélique exaltation pour cette petite adolescente qui n’avait et n’aurait jamais rien à faire pour l’obtenir, plus facilement encore que Rogue ou McGonagall le silence dans leurs salles de cours, était la preuve, le messager d’un message adorable et céleste venue décréter que, chaque fois que se lèverait l’Aurore aux larmes de sang et que Larsen serait en vie et qu’il serait certain que cette belle brune aux yeux verts –chose si inhabituelle mais tellement parfaite- le serait aussi, alors ce sera tout ce qui compte, bien plus que le bonheur, ou la joie, affaires puériles, qui usent le cœur des jeunes et vieilles gens tristes, abandonnées et délaissées sur les bords des trottoirs de Bogota, de Bagdad ou de Téhéran, et ceux des idiotes gens des appartements certes exigus, chauffés, approvisionnés en eau et électricité, des villes de Paris, de Londres, qui pleurent leurs clefs perdues et leurs loyers trop cher.

Et Larsen de cesser de faire autre chose que respirer et admirer le travail aussi parfait que les sourires de tous les enfants et les bébés de la Terre, heureux, et leurs parents avec, doucereuse utopie, qui ne subiraient, ni la violence, ni la malnutrition ou la famine pour les idées de leurs pères. L’espace d’une seconde, il s’assura qu’Iseult souriait toujours, ce qui lui permit de reprendre ses facultés mentales de Larsou, qu’il ne paraissait pas une seule seconde avoir perdues, et de constater avec un peu d’agacement, qu’il n’avait rien à dire… Iseult fit le même calcul pensa –t-il, aussitôt, sans savoir comment il pouvais en être aussi certain, mais en s’en fichait autant que le brave homme de la couleur de chaussettes du Président des « autres », des 18 983 138 voix, des 53,06 %. Du bonhomme qui avait décidé le « jmenfoutisme » pour vivre sa vie en liberté, loin d’un monde qu’il n’aimait plus, vivre seul avec son Elle et ses amis, les vrais, vivant de ce qu’il trimait pour gagner, préférant attendre la mort à l’ombre d’un grand Chêne qu’à celle souillée d’une affiche publicitaire vantant la nouvelle Peugeot. Il entendit alors la voix qu’il aimait entendre en regardant ces yeux et ce sourire…


-Dit, tu peux m’expliquer pourquoi le concierge n’utilise pas le même sort que toi pour savoir si on est là où non plutôt que de monter le siège dans la réserve ???

Tiré à la vitesse de la lumière puissance dix, de sa rêverie, Lars interpréta le sens des paroles en moins de deux, et étouffa un fous rire. C’est rires fous comme on en a tous eue, je parle des vrais pas ceux qu’on peut voir dans les lofts à la télé, les vrais ceux qui vous font manquer de vous étouffer, ceux qu’on a avec les amis, alors qu’on parle dans une discussion générale, tous ensemble en une assemblée commune. Quand on se regarde chacun dans les yeux, et qu’on redouble d’hilarité, ceux qu’on aime avoir, parce qu’on s’en rappelle trois mois plus tard et qu’on en rigole encore, ceux générés par les quiproquos qui font la beauté de rire et l’amour de la déconnade. Ceux que l’on aimeraient obtenir chaque fois qu’on balance une vanne marante, mais qu’on obtiens presque jamais, ceux sur lesquelles même la blague du petit pois dans l’ascenseur ou de la petite fille qui tombe de la balançoire parce qu’elle n’a pas de bras augmentent, ceux dont on se rappelleras toujours plus tard, à moins de l’es avoir oubliés dans la secondes. Ceux qui font l’éclat de l’amitié, et qui font que l’on se demande toujours à quoi sert l’amour si on a des vrais amis. Cependant, habile et persuasif envers lui-même Larsen, s’empêcha d’éclater de rire, ce qui les aurait probablement trahis. Il répondit donc avec la banane jusqu’aux oreilles :

- Bien sur que tu peux ! Tu peux me demander ce que tu veux, n'aie pas peur de paraitre ridicule ! C’est tout simplement parce que Rusard est un Cracmol…
Expliqua-t-il avant d’ajouter dans un murmure extrêmement faible que seule Iseult pouvais entendre et comprendre en raison de leur proximité, c'est-à-dire un fils de famille de sorciers qui n’a pas de pouvoirs magiques.

Lars utilisa à nouveau le sortilège, mais il constata une nouvelle fois qu’ils ne pouvaient pas sortir, Miss Teigne cependant s’était éloignée. Mais une petite voix roublarde dans son esprit lui dit doucereusement que même si Rusard s’en allait, il ferait comme si de rien était pou le plaisir de partager ce moment magique. Ce fut donc d’une main ferme et résolue qu’il relança le sortilège apportant la lumière « Lumos », car il venait en effet, avant d’utiliser le sortilège qui l’éteignait, plongeant le « monde » dans les belles ténèbres obscures, repaires, des plus admirables histoires au coins de feu, « Nox ». Il s’étonna aussi de voir un reflet de … d’excuse dans les deux perles couleurs des algues venues des Mers du Sud… D’un regard qui ne souffrait pas la contestation, doux et ferme à la voix, le regard qu’on les parents qui disent à leur bébé de n’onc s’approcher des prises électriques, sous prétexte de … rien. Cette époque bénie ou nul chantage pour que le bambin n’obéisse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iseult Ethylda
Modérateur MH
avatar

Nombre de messages : 721
Age : 32

Pensine
Gallions:
550/1000  (550/1000)
Année d'étude: 1er
Sorcier de niveau: 1

MessageSujet: Re: Naaaaaaaaaaaaaaahh heu rien.. [pv]   Ven 4 Avr - 14:25

Tu sais… Finalement, j’ignore pourquoi mais je suis très heureux d’être là, avec toi… C’est comme… de la sorcellerie…vraiment…magique

Iseult se sentit vraiment nouille sur ce coup là. Elle était touchée, très touchée par ce qu’il venait de dire et elle trouvait vraiment étrange qu’il formule ainsi tout haut ce qu’elle pensait tout bas. C’était comme il disait : magique… Elle rougissait encore une fois. Pour ça, elle était bien tout le contraire de Lars. Lui il contrôlait tellement bien ses émotions et ses expressions, on avait l’impression qu’il ne ressentait jamais rien, qu’il était détaché de tout et tout le monde. Alors qu’elle, elle se laissait avoir tout le temps, se laissant emporter par ses émotions qui se reflétaient instantanément dans ses yeux et sur son visage… Elle n’avait pas appris a cacher ce qu’elle était, et en même temps, elle n’avait que 11 ans et quand bien même, c’était surement pas chez elle qu’on lui aurait appris a cacher ses sentiments comme des aspect honteux de sa personnalité comme s’il s’agissait d’une sorte de virus répugnant dont il faut a tout pris se débarrasser…

Il semblait ailleurs pendant un moment et elle ne lui en voulait pas. Ils avaient du bol de ne pas être claustrophobe tout les deux par ce qu’ils étaient apparemment là pour un petit moment mais Iseult était rassurée dans le sens où Lars n’était pas ennuyé qu’elle soit la avec lui et qu’ils se retrouvent en tête à tête dans une cachette aux murs de pierres mal taillés et qui semblait avoir été conçue que pour une seule personne ce qui les obligeait à rester proche l’un de l’autre ce qui troublait un peu la demoiselle car après tout, dans la vie de tous les jours, on n’approche jamais les autres de si près car on entre alors dans ce que certains appellent la zone d’espace personnelle et c’était assez gênant dans le font mais Iseult n’en n’avait que faire, elle se sentait bien avec Lars tellement bien qu’elle n’avait même plus envie de se demander pourquoi. Comme quand on accepte que les choses sont comme ça et pas autrement, qu’on ne peu rien y faire et qu’on peu juste se débrouiller pour essayer de survivre dans ce monde de dingue sans limite et sans pitié…

Alors que le silence s’épaississait de plus en plus, comme un brouillard sans fin sur une route pourri qui s’obstine a rester encore et toujours alors qu’on voudrait tellement qu’il parte pour qu’on y voit quelques chose… Elle cherchait activement de quoi briser ce fichu silence qui n’était pourtant pas pesant et permettait à Larsen de se perdre dans ses pensées, le regard ailleurs, l’air calme et serein ce qui le rendait plus beau qu’il ne l’était déjà et lui donnait cette petite pointe de fragilité à peine perceptible… Elle finit par poser la question la plus idiote qui soit, certes, elle en était consciente et elle s’en rendit d’avantage compte quand il lui sembla que Lars se retenait d’exploser de rire… Et bien qu’il se maitrisait parfaitement et qu’aucun son ne s’échappait de ses fines lèvres étroitement serrées l’une contre l’autre pour se réduire tout seul au silence, Iseult voyait parfaitement le rire dans ses yeux jusqu’alors quasi inexpressif… Ses yeux exprimaient alors l’amusement pur et simple, pas de la moquerie, non juste de l’hilarité à l’état pur. Ce genre d’en simple envie de rire qu’on ne contrôle jamais et dont on ne connait que rarement la raison qui parfois est la plus simple pourtant… Il arrivait souvent à la jeune Gryffondor d’avoir ce genre de crise de rire simplement par ce qu’elle était heureuse et d’ailleurs ce genre de rire était indéniablement communicatif. Elle aurait elle-même éclater de rire si elle ne s’était pas sentie si ridicule en ce moment même par ce qu’apparemment sa question était plutôt stupide… Elle aurait eu envie de devenir plus petite qu’une souris, de se cacher sous terre, de se liquéfier sur place et de filtrer dans le sol de pierre, de disparaitre de la surface du monde quand elle entendit la voix de Lars, toujours calme, chaude et rassurante…


Bien sur que tu peux ! Tu peux me demander ce que tu veux, n'aie pas peur de paraitre ridicule ! C’est tout simplement parce que Rusard est un Cracmol… c'est-à-dire un fils de famille de sorciers qui n’a pas de pouvoirs magiques.

Alors qu’il lançait le même sortilège depuis une bonne dizaine de fois depuis qu’ils étaient dans ce tunnel sombre, Iseult soupira de soulagement et retrouva vite son assurance habituelle et elle sourit de sa propre stupidité de se sentir si mal pour une simple question qu’elle avait trouver stupide alors qu’elle avait à peine finit de la prononcer. Elle souriait aussi par ce que Lars avait cru bon de lui expliquer le thermes Cracmol alors que la demoiselle savait déjà ce que ça voulait dire… Ses frères le lui avaient expliquer avant son entrée au collège tout comme d’autres thermes comme, animagus ou bien cette vilaine insulte qui la désignait en temps que sang de bourbe ou dans des thermes plus polis, enfant de moldus… Bon elle était avant tout, sang mêlé mais elle était aussi fille de moldu dans le font…

Elle ne le précisa donc pas à Lars, peu être pour ne pas le blesser, bien qu’il n’y avait pas grand-chose de blessant là dedans mais ce n’était pas obligatoire qu’il sache qu’il s’était expliquer pour pas grand-chose… En attendant, elle se demandait comment le concierge faisait pour ne pas peter un câble, sans pouvoir magique au milieu de tous ses enfants et adolescents sorciers qui n’avait qu’un seul but dans la vie, pourrir la sienne justement… Les chances n’étaient pas égales et c’était surement pour ça que la magie était interdite dans les couloirs… Pour éviter que le concierge ne perde totalement le contrôle de la situation… D’accord, elle admettait que ça ne devait pas être facile tous les jours pour Rusard mais ce n’était pas une raison pour être si méchant envers les élèves qui ne lui avaient encore rien fait… C’était le meilleur moyen pour qu’il s’attire des ennuis mais la brunette n’allait surement pas aller le lui dire… Apres tout, c’était les problèmes du concierge pas les sien…


-oh… Je comprend mieux alors… Elle attendit un moment avant d’avouer à mi-mot Tu sais, je trouve ça marrant que tu dise tout haut ce que je pense tout bas… Elle attendit encore un moment, tout en regardant ses genoux avant de demander d’une petite voix soudainement devenue toute timide. Dit moi Lars… Qu’Est-ce qui rend la magie noire si dangereuse, si… Mauvaise ??? Car après tout, on peu l’utiliser pour faire quelque chose de bien… Non ?

Elle fixait ses genoux, ne cherchant pas le regard couleur nuit pour la première fois. Elle n’avait pas honte de ses propos seulement, elle avait quelque peu l’impression que ce genre de sujet était plutôt délicat pour certaines personnes, à la limite du tabou… Alors elle avait un peu peur de brusquer le jeune homme, de le mettre en colère, peu être qu’il était de ceux qui n’aiment pas parler de ce genre de choses… C’était pour ça et pas autre chose qu’elle fixait inlassablement ses genoux à moitiés découverts de sous sa jupe grise de l’uniforme scolaire, jouant maladroitement avec la couture de celle-ci, la faisant passer entre ses doigts et faisant mine d’être absorbée par le tissu qui se tordait suite aux gestes saccadés et brusque de ses mains.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marauders-hogwarts.forumsactifs.com/fiches-personnages-f1
Lars Piercowski

avatar

Nombre de messages : 886
Age : 24

Pensine
Gallions:
0/0  (0/0)
Année d'étude: 7eme
Sorcier de niveau: 3

MessageSujet: Re: Naaaaaaaaaaaaaaahh heu rien.. [pv]   Sam 5 Avr - 21:45

Lars remarqua que, alors qu’il faisait un gros effort pour ne pas éclater de rire -pour ne pas mettre mal à l’aise la jeune fille, mais aussi pour ne pas se faire repérer- elle souriait de plus belles, toujours rayonnante, véritable source infinie de bonne humeur, de joie et de gaieté. Une de ces personnes dont la compagnie n’est jamais pesante, vers qui ont se tourne toujours avec un regard complice pour éclater de rire. Après qu’il eut parlé, et utilisé de nouveau le sortilège de Détection qui lui assura que Rusard ne lâchait pas l’affaire et d’ailleurs qu’il était en train de houspiller contre une bouquin, sans doute pour lui apprendre à tomber sur les gens en poussant des injures, criées en langue des trolls, et en faisant jaillir de ses pages un liquide gluant et verdâtre dont je suis certain que je fait bien de ne pas vous dévoiler la composition. Surtout si vous êtes à table… Lorsqu’il eut achevé son sortilège, il concentra de nouveau toute son attention sur la petite brune qui semblait pensive. Ce que confirma ce qu’elle lui dit quelques infimes ou très longs, je l’ignore instants après.

-Oh… Je comprends mieux alors…

Un court silence, ou la Gryffondor parut un peu gênée, s’ensuivit. Elle ne disait rien et Lars mit un point d’honneur à ne pas briser la glace silencieuse qui emplissait petit à petit le petit endroit, dans lequel lui-même ne pouvait pas tenir sur ses jambes. Sans cesser de la regarder, il mit une main dans sa poche, cherchant quelque chose, comme pour passer le temps, essayant aussi en faisant mine de faire moins attention à elle, de rendre Iseult plus confiante, car apparemment, elle voulait encore dire quelque chose… Ce qu’elle fit, cassant le silence d’une petite voix bien plus timide qu’elle ne l’était précédemment. Cependant, elle restait plaisante à attendre entendre, un vrai délice pour l’oreille, pareil à une bonne glace au bon milieu d’un été trop chaud qui tombe sur Ma ville.

-Tu sais, je trouve ça marrant que tu dises tout haut ce que je pense tout bas…

Lars sourit de plus belle à cette remarque qui le toucha beaucoup, bien qu’il n’y laissa rien paraître, à part peut être une petite chose qui ne brilla qu’une demi seconde au coin de son oeil droit et disparu aussitôt. Espérant qu’Iseult n’allait pas relever la tête à ce moment là, l’élève de la maison du Serpent avait immédiatement cligné de l’œil et fait mine de se gratter la joue pour faire disparaître toutes les traces de cette immonde et affreuse trahison de son globe oculaire. Néanmoins, rien sur son air ne dévoilait un quelconque embarras, à part peut-être la vitesse d’exécution, bien qu’il ait toujours eu des gestes rapides et vifs.

-Merci, c’… … commença-t-il avec une vox basse mais parfaitement audible.

Lars se contenta de cette merveilleuse inspiration de langage, avec les mots qui virevoltaient, couraient, affluaient et tournoyaient en tout sens dans cette splendide réponse pleine d’adjectifs, de compléments et de toutes sortes d’outils de langues merveilleux qui permettaient à chacun de comprendre pourquoi le monde apprécie autant la langue française. Il se rapprocha encore un peu de la jeune fille car il se rendit compte que le mur n’allait pas tarder à lui ruiner tout le dos s’il restait dans l’inconfortable position dans laquelle il se trouvait alors. Faisait tournoyer sa baguette dans main gauche et avec elle l’imposant jet de lumière qu’elle dégageait, il remarqua qu’Iseult n’avait peut-etre pas finie de parler, lui offrant donc de nouveau la totalité de son attention, il l’entendit dire encore plus bas, toute intimidé et soudainement passionnée par ses genoux :

-Dit moi Lars… Qu’Est-ce qui rend la magie noire si dangereuse, si… Mauvaise ??? Car après tout, on peu l’utiliser pour faire quelque chose de bien… Non ?

Lars se mordit les lèvres et détourna le regard, une pointe de tristesse mêlée d’amertume. Elle ignorait encore la maison dans laquelle il se trouvait, mais lorsqu’elle le saurait, que dirait- elle ? Larsouille prendrait-il le pas sur Larsou ? Redeviendrait-il alors le Serpentard sans pitié, influent, mauvais, puissant, intimidant, violent, brutal, agressif, parfois blessant, toujours critique, cet élève très intelligent, toujours avec d’excellentes notes,mais si détestable, parfois arrogant ? Ou alors Larsou guiderait-il ses pas, en accomplissant de nombreux actes prouvant que Larsouille n’était plus ? Quelle serait l’issue de ce triste destin, presque tragique et selon Larsen, inéluctable. Qu’en serait-il pour Iseult ? La peine, l’abattement et le découragement prirent possession du jeune homme qui prit bien garde à ce que la jeune fille ne puisse voir son visage en le tournant. Parcouru de tics, il du prendre un grande inspiration, cependant totalement silencieuse avant d’envisager répondre.

Les mots vinrent toutefois seuls, guidés comme par une main de fer au cœur pur, pour l’instant Larsou avait le dessus, fier et ombrageux, mais aussi tendre et passionnée, il mêlant les phrases, les intonations, usant des techniques de paroles, des tons de voix, de ce timbre ci plutôt que de celui là. Non pas dans l’idée de tromper, mais dans celle de ne pas laisser montrer à Iseult à quel point il était triste, petit être aux rêves brisés, plus d’utopies, ni d’espoir. Seuls la tristesse, le désespoir, avec pour seuls compagnons, de routes, la vérité de cette putain de vie de merde et de chocolat. De consternation et de conviction, de liberté de chaînes. Sans prendre la peine de regarder de nouveau la juvénile brune, le vif Serpentard commença lentement d’une voix légèrement brisée. Elle usait d’intonations faibles, mais suffisamment fortes pour êtres entendues, les mots roulaient comme les pierres qui tombent, sans résolution, certitudes, illusions, volonté ou tout autre formes de desseins, sur les tonalités faiblardes de la voix pourtant suave. Les liaisons, trop rapide montraient, tout comme les tics qui agitaient les mains de Lars qu’il n’était pas à son aise. Pourtant cet exercice d la parole était son favori, et il ne jouait pas la comédie, Iseult était, bien que ne le connaissant que depuis récemment, la mieux placée pour le savoir. Avec les mauvais arrêts de paroles, pas aux moments des points, les fausses virgules, les mauvais accords de liaisons, non décidément, ce n’était le garçon si habitué à user de sa parole pour tromper, ou faire comprendre les choses.

Mal à l’aise, il faisait craquer ses doigts, ses jointures, agitant ses menottes en tous sens, comme s’il ne pouvait s’empêcher de les bouger, il n’arrêtait jamais, ne répétant jamais, et en même temps toujours, les mêmes gestes à une vitesse remarquable dans un enchevêtrement complexe de doigts et de craquements peu sonores. Lars n’arrêtait jamais et en même temps, il parlait, de cette voix inhabituelle et pourtant attachante, pourtant elle restait un peu... étrange, comme une voix off, un peu étrange, indéfinissable, car il était bien clair qu’elle venait du garçon de dix-sept ans. Toutefois, malgré le manque d’assurance, elle restait plaisante à attendre, car Larsen faisait attention à lancer les mots le plus doucement possible, sans doute Larsou qui faisait de son mieux pour contrôler l’esprit si complexe du fils Piercowski, quoique par instant un peu trop lente et pas assez assuré dans ses affirmations. Cette voix était un mélange trop brouillon, comme celui qu’on fait en cours de maths et que seul son auteur peut lire. Sans haine ni colère, elle était comme oppressé par de lourdes chaînes, mais plus Lars s’approchait de dénouement de sa tirade, plus elle reprenait l’assurance qui caractérisait ce jeune homme. Au bout de quelques instants, la copie avait été revue et corrigé, ce n’était plus qu’un devoir parfait qui méritait la meilleur note. Où donc avait-il puisé cette force ?

-Je… ne, vais pas, te mentir… La… magie, noire… m’as toujours attirée. Ca n’a rien d’étonnant… puisque je suis… à … Serpentard. J’espère que … tu ne vas pas … te mettre à avoir… peur de … moi… Tu…n’as pas à le faire…, je crois. De toutes façons… si … j’voulais te… faire du… mal, j’aurai eu le temps depuis … tout à l’heure… Alors, la magie noire… je pense que oui on peut l’utiliser pour faire le bien… à condition de la maîtriser parfaitement. Ce n’est pas mon cas, mais si tu as peur d’elle… tu ne dois pas du tout avoir peur de moi… Je l’utilise trop rarement, pour l’instant… je ne te cache pas, qu’il y a des chances que… je tourne, un peu pas très correctement après Poudlard… Même si ... je te ferai pas mal, ni à toi, ni a tes proches, promis… D’ailleurs, une fois que je t’aurai appris mes sorts, j’en serais incapable ! Tu verras, la magie, même noire, c’est à utiliser en faisant très attention, si on prend garde, on ne fait de mal à personne. J’ai lu quelque part qu’il y a eu des Aurors qui utilisaient des Inféris autrefois. Tu sais, les cadavres rappelés à la vie par la volonté d’un sorcier.

Larsen, rasséréné, mais toujours un peu inquiet retourna sa tête à première vue neutre vers la jeune fille et la regarda. Ses mains, cependant, continuaient de s’agiter dans de tout petits craquements. Avec un sourire qui tentait de dissimuler sa nervosité, le garçon aux cheveux bruns tentait de décrypter les réactions de la fillette aux yeux d’émeraude. La face du futur Mangemort exprimait quelque chose d’indéfinissable, comme un peu d’appréhension, mais une extraordinaire confiance, qui cachait la tension qu’il ressentait. Iseult savait lire à travers son regard, il en était persuadé ! Elle devait se douter que tout n’allait pas aussi bien… lui ne pouvait déjà plus détacher son regard qu’elle tentait de fuir. Le silence qui s’installait cette fois devenant pesant. Pas beaucoup, mais un petit peu. Pesant, mais pas lourd, étrangement, en effet, ni Iseult, ni Lars se semblait être dérangé ni par la présence de l’autre, même pas par la proximité de son vis-à-vis. Dans la tête de l’élève de la maison au Serpent, une foule de réaction possibles et imaginable se mêlant dans un enchevêtrement incroyable d’idée toutes aussi improbables et vraisemblables, étrange paradoxe. Désormais le regard de la Nuit n’était plus fuyant, il était redevenue fier et majestueux, empruntant à Larsouille, sans toutefois que ça ne soit au dépend de Larsou qui régnait toujours en maître sur l’esprit complexe et divisé du bel adolescent, ce regard, si haut, confiant, mais pas le moins de monde, il n’avait l’arrogance habituelle de Larsouille, pas le moins du monde… Il y avait de quoi se demander comment ? Comment faisait-il pour passer du chaud au froid en l’espace d’un centième de seconde…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iseult Ethylda
Modérateur MH
avatar

Nombre de messages : 721
Age : 32

Pensine
Gallions:
550/1000  (550/1000)
Année d'étude: 1er
Sorcier de niveau: 1

MessageSujet: Re: Naaaaaaaaaaaaaaahh heu rien.. [pv]   Dim 6 Avr - 15:28

Iseult fixait inlassablement ses genoux à moitié découverts de sous sa jupette. Ses mains sagement posées sur ses cuisses et la tête légèrement baisée. Elle attendait, rougissant d’avantage, se maudissant d’avoir poser une question aussi stupide, se traitant de tous les noms possibles et inimaginables à tel point que si son père avait pu entendre ses pensées en cet instant précis, il serait certainement tomber en syncope de se rendre compte qu’elle connaissait des injures pareilles… Elle entendit bientôt un bruit léger à coté d’elle et sentit Lars remuer doucement, pour elle ne savait quelle raison et même si en temps normal son incorrigible curiosité, elle n’avait nullement envie de relever la tête pour découvrir ce qu’il faisait… Non, pour elle, garder son regard émeraude sur ses genoux, ou même ses pieds, était la solution la plus sure pour le moment…

Merci, c’… …

Elle ne su pas la suite de la phrase, peu être même que Larsen ne la connaissait pas lui-même. Mais elle n’avait eu aucune réaction, attendant avec appréhension le moment où il répondrait à sa question qu’elle jugeait de plus en plus stupide à mesure que les secondes passaient dans le silence le plus complet. Elle avait même parfois l’impression d’entendre les battement frénétiques des livres ensorcelés qu’elle imaginait s’attaquant à Rusard et à miss teigne… Le silence, toujours ce silence à la fois pesant et nécessaire, angoissant mais aussi rassurant… Elle sentait son cœur battre avec irrégularité, à une vitesse affolante, tellement fort qu’elle était intimement persuadée que Lars l’entendait comme s’il avait eu l’oreille de poser dessus…

Iseult était tellement préoccupée de ce qu’il allait répondre, s’il répondait… Elle avait peur, mais pas peur de lui, plus peur de sa réaction, de ce qu’il allait penser d’elle… Peu être qu’il la prendrait pour une mauvaise vu qu’elle posait des questions pareilles… Apres tout, il ne devait pas y avoir beaucoup de Gryffondor de première année pour poser ce genre de question… Surtout qu’aux yeux des autres, Iseult représentait l’innocence incarnée… Elle était tellement perdu dans toutes ses probables réactions de plus en plus invraisemblables qu’elle mis quelques minutes à se rendre compte que le silence avait fait place à de nombreux bruits pas très forts mais nombreux et répétitifs qu’elle n’identifia pas tout de suite… Elle luttait pour ne pas tourner les yeux pour voir ce qu’il était en train de faire. Elle ne voulait pas risquer de croiser son regard avant qu’il n’ait répondu. Elle avait l’impression que le temps allait à reculons puis elle entendit enfin la voix de Lars briser ce silence qu’elle supportait de moins en moins… Mais sa voix n’était pas comme d’habitude, enfin pas comme elle l’entendait depuis qu’elle était entré dans cette bibliothèque. Elle n’était plus sure et légèrement froide, pleine d’arrogance et de fierté. Non elle était à présent entrecoupé de silences mal placés, il ne semblait pas sur de lui ou plutôt des mots qu’il utilisait. Contrairement à d’habitude, on avait le sentiment qu’il ne préparait pas ses phrases à l’avance, qu’il y allait à l’aveuglette, mais malgré tout, Iseult savait, elle sentait au fond d’elle-même qu’il était honnête, peu être même que c’était la première fois qu’il répondait à ce genre de question avec autant d’honnêteté. Mais c’était surement aussi la première fois qu’on lui posait une question pareille…


Je… ne, vais pas, te mentir… La… magie, noire… m’as toujours attirée. Ca n’a rien d’étonnant… puisque je suis… à … Serpentard. J’espère que … tu ne vas pas … te mettre à avoir… peur de … moi… Tu…n’as pas à le faire…, je crois. De toutes façons… si … j’voulais te… faire du… mal, j’aurai eu le temps depuis … tout à l’heure… Alors, la magie noire… je pense que oui on peut l’utiliser pour faire le bien… à condition de la maîtriser parfaitement. Ce n’est pas mon cas, mais si tu as peur d’elle… tu ne dois pas du tout avoir peur de moi… Je l’utilise trop rarement, pour l’instant… je ne te cache pas, qu’il y a des chances que… je tourne, un peu pas très correctement après Poudlard… Même si ... je te ferai pas mal, ni à toi, ni a tes proches, promis… D’ailleurs, une fois que je t’aurai appris mes sorts, j’en serais incapable ! Tu verras, la magie, même noire, c’est à utiliser en faisant très attention, si on prend garde, on ne fait de mal à personne. J’ai lu quelque part qu’il y a eu des Aurors qui utilisaient des Inféris autrefois. Tu sais, les cadavres rappelés à la vie par la volonté d’un sorcier.

Iseult n’avait pu s’empêcher de relever la tête un peu brusquement et de lever ses grands yeux verts vers le visage de Larsen quand celui-ci avait commencer à se confier à elle. Sa voix semblait s’être assurée au fur et à mesure de sa réponse et la petite Gryffondor en était contente pour lui, contente qu’il reprenne toute son assurance qu’elle devinait légendaire. Apres tout, jamais elle n’avait imaginer qu’elle le troublerait tellement avec cette question. Il avait lui aussi lever les yeux vers elle et croiser instantanément son regard émeraude qui s’était presque immédiatement allumé d’une lueur que le Serpentard ne devait pas comprendre, ou du moins pas tout de suite… Pourquoi ? Par ce qu’il ne savait pas, elle ne lui avait pas fait comprendre qu’elle avait deviné depuis un moment qu’il était de la maison de ceux que les rouge et or qualifiaient d’ennemis naturels et inévitables… Elle, pour sa part, elle ne comprenait pas cette guerre entre maison, ou du moins, elle ne comprenait pas pourquoi la plus part des élèves se sentaient obligé de la perpétuer à travers les siècles comme si il était donné avec l’uniforme aux couleurs de leurs maisons la haine pour tout ce qui comportait le mot Serpentard…

Pour ce qui était de ne pas lui faire de mal, Lars n’avait aucun soucis a se faire pour ça. Ca pouvait paraitre curieux mais elle l’avait vu, elle l’avait pressentit quand elle s’était retrouvée face à lui pour la première fois… Et puis elle avait elle aussi le même raisonnement, s’il avait voulu lui faire du mal, il ne l’aurait pas fait poireauté aussi longtemps et aurait agis tout de suite, tout comme il ne l’aurait pas aider face à l’irruption du concierge qui devait surement faire encore le pied de grue quelques rayons plus loin… Et puis pour ce qui était de la magie, et bien, du point de vue de la brunette, la magie dite blanche pouvait aussi servir a faire le mal… Naturellement, l’Expéliarmus par exemple, c’était considéré comme magie blanche, pourtant, ça pouvait tuer quelqu’un… Dans des cas très précis naturellement mais ça pouvait être le cas… Et puis il y avait surement certains sorts de magie dite noire qui pouvait sauver la vie de quelqu’un… Pour la jeune demoiselle, tout dépendait des points de vue, des intentions des sorciers qui utilisaient les différents sortilèges…

Elle remarqua le petit sourire gêné que Lars avait esquissé, surement pour cacher toute sa difficulté à se sentir sur de lui. Mais elle ne dit rien, pour ne pas le vexé et aussi par ce qu’il y a des fois où il est préférable de se taire… Elle baissa légèrement les yeux une fraction de secondes et compris enfin ce qu’était ce bruit incessant de minis claquements qu’elle entendait depuis tout à l’heure. Lars était en train de se martyriser les mains, par angoisse surement et il faisait inlassablement claquer ses os en se triturant les mains dans tous les sens possibles et imaginables… Elle se redressa du mieux qu’elle pu et se retrouva à genoux, toujours à coté de Lars mais lui faisant totalement face maintenant. Elle hésita un instant avant de porter ses petites mains un peu froides vers le Serpentard et de les déposer doucement sur celles de Larsen tout en ne le quittant pas des yeux, le regard calme et rassurant, un léger sourire aux coins des lèvres qui se voulait serein et rassurant. Elle espérait lui faire comprendre qu’il ne devait pas continuer à s’angoisser comme ça… Par ses simples gestes avant de lui répondre. Une fois ses mains totalement posées sur celles du jeune homme, elle commença d’une voix calme et basse, prenant toujours garde à ne pas se faire repérer par le concierge ou sa saloperie de chat.


-Lars… Je… Ne t’inquiète pas pour moi… Je ne devrais peu être pas, je vais surement te paraitre prétentieuse mais je n’ai pas peur de toi… J’ai confiance en toi… Et pour tout dire, j’avais deviné que tu étais à Serpentard… J’observe beaucoup les Gryffondors et je savais que tu n’étais pas de ma maison, tu n’as pas le caractère et l’attitude d’un Poufsouffle et vu ton intelligence, j’hésitais avec Serdaigle… Je sais parfaitement que si tu avais voulu me faire du mal, tu n’aurais pas attendu si longtemps et tu n’aurais pas non plus pris tant de risque pour moi… Elle attendit quelques minutes pendant lesquelles elle souriait gentiment avant de reprendre. Tu dis que tu risque de partir du… Mauvais coté après Poudlard et je ne t’en veux pas… moi-même je ne sais pas ce que je deviendrais… Seulement, j’espère que quel que soit le chemin que tu choisiras, tu ne m’oublieras pas et qu’on restera en contact tous les deux… Tu sais, même si je devient Auror ou alors que je sois du coté de Dumbledore un jour… Je ne te dénoncerais jamais… Jamais de la vie car tu seras avant tout mon ami et je n’oublierais jamais comment tu agis avec moi…

Iseult rougis légèrement mais ses yeux étaient resté fixés sur ceux de Lars et ses petites mains aux longs doigts fins n’avaient pas quitter celles du Serpentard. Elle avait parler d’une voix timide mais convainquant et avec son cœur, elle aussi elle avait été des plus honnêtes avec lui et elle n’avait pas dis tout ça pour le rassurer ou endormir sa méfiance, elle n’avait pas pour but de devenir son amie pour le trahir ensuite, Iseult était quelqu’un de loyal et elle savait qu’elle ne changerait pas d’avis de si tôt… Même si elle ne savait pas ce que l’avenir lui réservait, elle ne changeait que rarement d’avis et d’opinons sur les gens… Et elle était persuadée que malgré tout, tout ce qu’il s’évertuait surement a faire croire aux autres, que Lars était quelqu’un de bien au fond de lui… Elle ne chercherait pas non plus à le changer, à l’inciter à choisir une autre voie, premièrement par ce qu’elle savait qu’elle ne pourrait pas et ensuite par ce qu’elle n’en n’avait pas le droit… Elle l’appréciait comme il était un point c’est tout, qu’importe ce que la vie, les lois ou les autres diraient…


[HS : record battu j'ai fais 94 lignes pleines]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marauders-hogwarts.forumsactifs.com/fiches-personnages-f1
Lars Piercowski

avatar

Nombre de messages : 886
Age : 24

Pensine
Gallions:
0/0  (0/0)
Année d'étude: 7eme
Sorcier de niveau: 3

MessageSujet: Re: Naaaaaaaaaaaaaaahh heu rien.. [pv]   Dim 6 Avr - 22:55

A mesure qu’il passait de l’Aurore au Crépuscule, Lars remarquait du coin de son œil noir qu’Iseult gardait la tête baissée, regrettant d’avoir osée une telle question. Pourtant, la curiosité pouvait être une bonne chose, la jeune fille en était un parfait exemple, elle posait les bonnes questions, qui plus est aux bonnes personnes, l’innocence enfantine de son sourire qui cachait sa surprenante espièglerie. Comment en vouloir à une personne aussi charmante et simple ? Je vous le demande et vous feriez mieux d’y réfléchir si un jour vous croisez sa route. Les plus belles fleurs sont souvent les plus piquantes, faites comme moi, n’aimez pas les fleurs, ça vous épargnera bien des ennuis. Remarquez je n’aime pas les fleurs, mais je suis pas non plus un prêtre, alors l’abstinence et ces conneries là, moi je les laisse aux concernées, vive la vie !

Lorsqu’il parla, retrouvant au fur à et mesure de sa tirade toute l’assurance légendaire et stupéfiante, chose étonnante tant il avait parut troublé et en position de faiblesse au moment où il avait pris le silence de cette voix… inhabituelle qui pourtant avait changé petit à petit, Larsouille reprenant un peu de terrain à un Larsou bien trop timide, fragile et apeuré, Iseult releva brusquement la tête, le genre de trucs à te bloquer la tête dans un azimut à la con. Une chose l’intrigua dans le vert des yeux de la brune, ce fut quelque chose d’indéfinissable, comme un … secret ou un quelque chose qu’elle savait et qu’il ignorait. Mais il était bien trop nouvellement remis qu’il n’en fit que très peu attention, préférant s’acharner à garder ses nerfs froids, sans pour autant se refermer et redevenir totalement le Serpentard froid et distant qu’il n’avait été que trop longtemps. Cet être parfois à la limite de l’abject, ce jeune homme que tous trouvaient attrayant à première vue, mais que chacun commençait à haïr après un peu plus d’attention, tous sauf… cette petite là, pourquoi ? Etait-ce la vie qui l’avait voulue ? Le sourire au départ difficile de Lars se transforma vite en une expression plus joyeuse et tranquille, Iseult n’avait pas répondue, mais à la vue de ses yeux, il était clair que nulle expression négative n’était la sienne. En cet instant là, l’élève de la maison au Serpent se promit à lui-même de ne jamais oublier cet air qu’elle avait eue, cet air qui enlevait tout besoin de réponse quelle qu’elle soit, il savait déjà ce qu’elle allait dire. Le sourire du futur tueur s’élargit, il ne le savait pas encore, mais plus tard, « Larsen Menroth » n’aurait qu’elle seule parole, un des ingrédients, sans doute, qui feront de lui un des plus vieux Mangemorts pendants de longues années.

Alors qu’il avait petit à petit retrouvé la plupart des choses qui faisait de lui un Lars plus habituel, subtil mélange de Larsouille et de Larsou, le jeune garçon n’avait toujours pas arrêté de faire craquer ses doigts, le faire pensait-il, l’occupait, le faisait bouger, ce qui le détendait un petit peu. Remarquant soudainement ce qu’il faisait, Iseult posa lentement ses mains sur les siennes, le silence était absolu, ils pourraient, l’adolescent aux cheveux bruns en était presque certain, en tendant un peu l’oreille, entendre les enfants qui pleuraient à des milliers de kilomètres de là, sur les trottoirs de Bogota, de Bagdad, de Téhéran, de Pékin, dans les quartiers désolés du Mali, d’Ethiopie, les râlements sinistres et désolants des chérubins tués sous la mitraille et les bombes pour des idées qu’ils ne comprenaient même pas, massacrés par centaine de milliers pour les idées de leurs parents, ceux des talibans… Et qui sait ? Peut-être même, les cris sourds de tous les pays enchaînés ? Avec douceur et grâce à ce contact il arrêta son manège interminable, petit à petit. Le dernier craquement s’était à peine tut que la belle brunette se mit à murmurer, douce et chaleureuse, faisant disparaître, pour longtemps les dernières traces d’incommodité chez le celui qui serait surnommé le Mangemort « à la cape » dans les années à venir.

-Lars… Je… Ne t’inquiète pas pour moi… Je ne devrais peu être pas, je vais sûrement te paraître prétentieuse mais je n’ai pas peur de toi… J’ai confiance en toi… Et pour tout dire, j’avais deviné que tu étais à Serpentard… J’observe beaucoup les Gryffondors et je savais que tu n’étais pas de ma maison, tu n’as pas le caractère et l’attitude d’un Poufsouffle et vu ton intelligence, j’hésitais avec Serdaigle… Je sais parfaitement que si tu avais voulu me faire du mal, tu n’aurais pas attendu si longtemps et tu n’aurais pas non plus pris tant de risque pour moi…

Lars ne répondit pas mais réfléchit intensément à ces paroles qui lui faisaient très plaisir, le touchant sincèrement. Il analysa tout, commençant naturellement et logiquement par le début, se rappelant exactement ce qu’elle avait dit, le doux murmure résonnant dans son cerveau en ébullition, comme une casserole contenant un pauvre lapin, abattu avant même d’avoir pu vivre étant sans cesse victime de saloperies, contraint de bouffer des saloperies d’OGM, des produits chimiques et toxiques, et qui allait enfin être dégusté par la sainte famille avec les deux parents, les trois enfants, et dont les os seraient donnés au pauvre toutou sans cesse attaché à une clôture où il ne pouvait que rêvé de liberté. « Donc, songea-t-il, prêt à faire l’un de ses exercices favoris, Un début, un peu hésitant, étant donné, la … position dans laquelle on est, rien de plus normal… » et il continua ainsi, notant la franchise que respirait cette confession, il ne passa pas outre également, la qualité du raisonnement de cette fille dont il apprenait tant, en ayant l’impression étrange et inhabituelle de savoir déjà ce qu’il découvrait. Au fil des minutes, Larsen résolu aussi le mystère de l’éclair qu’il avait vu dans les yeux vert un peu auparavant. Désormais, il pouvait de mieux en mieux lire dans ce beau regard de la couleur de l’émeraude la plus pure et la plus brillante, avec cet incroyables lueurs qui respirait la joie de vivre dans un monde incroyablement diverse, comme une des dernière richesse que ni l’homme, ni l’animal, ni la nature, n’avait encore détruit. Perdu dans ces belles landes désertiques, auxquelles il avait la chance inouïe d’accéder comme s’il en possédant les clés Lars rata les premiers mots, mais il s’extirpa de sa torpeur, dans laquelle il avait sombré, sous les coups de boutoir du ce regard plus beau que tous les autres. Ce regard qui sentait le matin frais du jour béni ou tous les hommes naîtront et vivront libres et égaux en droits, libres de tous devoirs. Ce jour béni où les devoirs ne seront plus, où il n’y aura plus ni Etats ni guerres. Pas même ces guerres atroces et immondes qui sont soi-disant « pour la paix ». Où seule la Raison organisera la terre, où il n’y aura plus ni meurtres ni meurtrier. Ou sur cette putain de planète vivront des Che Guevara, des Michael Moore, des Johnny Clegg, des Michel Bakounine par dizaine de milliards, divine utopie, pleine d’illusions !

-Tu dis que tu risque de partir du… Mauvais coté après Poudlard et je ne t’en veux pas… moi-même je ne sais pas ce que je deviendrais… Seulement, j’espère que quel que soit le chemin que tu choisiras, tu ne m’oublieras pas et qu’on restera en contact tous les deux… Tu sais, même si je deviens Auror ou membre du fameux ordre de Dumbledore un jour… Je ne te dénoncerais jamais… Jamais de la vie car tu seras avant tout mon ami et je n’oublierais jamais comment tu agis avec moi…

Lars aurait pu répondre directement, mais il ne fit pas, il réfléchissait énergiquement et ardemment à ce qu’il allait faire dorénavant… Allait-il retirer ses mains du contrôle d’Iseult ? Ou plutôt commencer par remercier à sa manière la Gryffondor du soutient sans aille dont elle faisait preuve ? La première solution fut écarté après avoir pesé le pour et le contre … pourquoi ? Tout simplement parce qu’il avait les mains froides et qu’elle les avaient chaudes, d’ailleurs pourquoi retirer ce contact qui le ravissait ? Soyons logiques et intelligents, voyons ! Avec une voix qui n’était autre que celle qui était la voix dont il avait souvent usé face à la belle brunette, le mélange de Larsouille et de Larsou, bien que Larsou y soit un peu plus, car elle témoignant du fait que ce qu’avait sa condisciple de Poudlard en première année, il appliqua la seconde issue :

-Merci… je... sais pas trop quoi… Je te l’ai déjà dit, mais je ne ferais de mal ni à toi, ni à tes proches, c’est la seule chose dont je peux t’assurer, malheureusement…

Il découvrit seulement à cet instant la roseur des joues de la Gryffondor, mais il n’y prêta pas plus attention que ça. Si lui, avait gardé toute l’impassibilité qu’il pouvais face à Iseult c’était uniquement parce qu’il ne montrait jamais de signes aussi évidents. Lars également avant gardé les yeux collés, « comme une mouche sur un ruban… tue mouche » sur ceux vert de son interlocutrice. Lui non plus, ne songerait jamais à changer de quelque manière que ce soit le jeune fille. Au contraire, il espérait qu’elle ne changerait jamais, qu’elle resterait à jamais cette petite fille aux sourire angélique et aux mirettes de la couleurs de l’herbe mouillé par la rosée d’un beau matin de Juin, celle là même qui cohabitent avec les coquelicot, les sauterelles et le béton… Pour changer l’atmosphère il voulut renouveler le sortilège de Détection, histoire de voir si Rusard avait cédé, ou s’il attendait toujours parce que, décidemment il y ‘ en avait des couillons qui se font chier, mais à un point qu’il faut tirer la chasse une bonne douzaine de fois pour qu’il n’y ait plus rien et je vous parler pas du nombre de bombes désodorisantes qu’il faut utiliser pour faire disparaître l’immonde fumet pas délicat du tout qui s’échappe de cette matière fécale de merde, c’est la cas de le dire, mais au moment de récupérer sa baguette, posée pas loin de ses mimines, il se rappela que ses mains étaient déjà occupées à une chose très importantes, d’ailleurs, elles se réchauffaient à grande vitesse.
-Tu sais… Chuchota-t-il bien décidé à ne pas laisser le silence s’installer, je crois bien que Rusard est vraiment stupide, il s’imagine nous avoir avec des stratagèmes idiots et puis il pense -non bien sur, il ne pense pas, lui – qu’on va finir par sortir… Un peu comme si on s’emmerdaient ici, parce que je sais, que comme moi tu t’ennuie pas par contre le concierge et sa foutue chatte (oh putain ! la vache), ils doivent vraiment s’ennuyer pour essayer de coincer des élèves à cette heure matinale… d’ailleurs, je me trompe, ou alors tu ne fais pas beaucoup ce genre d’escapades ? Sinon on se serait croisés depuis longtemps !


Il acheva avec un sourire qui prouvait que son malaise était loin, cependant, il n’avait pas bougé les mains, mais pourquoi donc ? Au contraire, il n’en avait pas encore l’intention, car il ne les bougeait plus, se contentant de le ignorer, comme s’il n’en avait pas. Dehors, Miss Teigne miaulait, que disait-elle, les avait-elle repérés ? Probablement pas… Sergeï ne bougeait pas, et était à peine visible de toutes manières… La réponse ne se fit pas attendre, Rusard avait accouru et s’était écrié, maugréant :

-ENCORE UN DE CES LIVRES !!!! ALLEZ-VOUS-EN !!!

Larsen ne parla plus, et sans quitter Iseult des yeux, lui fit comprendre sans bouger les menottes ni parler, d’un regard de la nuit au fond d’une marre, rendue émeraude par les herbes marines qu’il ne fallait pas bouger, ni parler. C’était inutile, il s’en doutait, mais prendre les devants, faisait parti de ses habitudes et elles ne changeaient pas, sinon elles auraient portées un autre nom. Le visage souriant et aimable de Lars «était quelque chose de curieux, il approcha son visage de celui de la fillette, et dit, bougeant presque uniquement les lèvres, lançant des sons infimes :

-Tu sais, je crois que ces deux-là, en plus d’avoir la poisse et d’être détestés par tout le collège, sont en plus hais par la bibliothèque… Ils me feraient presque pitié… presque, hein !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iseult Ethylda
Modérateur MH
avatar

Nombre de messages : 721
Age : 32

Pensine
Gallions:
550/1000  (550/1000)
Année d'étude: 1er
Sorcier de niveau: 1

MessageSujet: Re: Naaaaaaaaaaaaaaahh heu rien.. [pv]   Jeu 10 Avr - 16:18

La petite Gryffondor était quelque peu stupéfaite que Lars ne cherche pas a retirer ses mains de celles de la jeune fille. Apres tout, il en aurait eu le droit et peu être même que ça aurait occasionner beaucoup moins de question dans la tête de la demoiselle… Elle ne remuait pas le petit doigt cependant, peu être par crainte que ça le ramène à la réalité et qu’il ne s’éloigne d’elle bien que l’étroitesse du lieu l’en aurait empêcher sans qu’il ne se fasse mal tout seul immanquablement… Elle ne baissait donc pas les yeux, essayant d’ignorer le fait qu’elle avait ses mains posées sur celles de Lars qui semblait se réchauffer à son contact à moins que la demoiselle ne se fasse des idées ce qui n’aurait été qu’à moitié surprenant. Elle avait tendance à s’emballer pour un rien par moment et il était souvent arrivé qu’elle se trompe sur toute la ligne a propos de quelque chose… Mais en général, elle avait un bon instinct en ce qui concernait les autres personnes, et même certains animaux parfois… Si elle n’avait eu crainte de ramener Lars à la réalité alors qu’il semblait en proie à une profonde réflexion, elle en aurait hausser les épaules en se disant que de toute manière, elle irait certainement de mystères en mystères, de questions en questions et de nuits blanches en nuits blanches à essayer de le comprendre totalement… Peu être qu’elle ne s’en préoccuperait plus mais le plus logique pour cette curieuse invétérée c’était qu’elle n’arrive à s’empêcher de vouloir comprendre Lars, déchiffrer les mystères de sa panoplie de regards tellement différents les uns des autres, de ses sourires qui n’étaient jamais pareils non plus et dans lesquels reflétaient parfois une sorte de gêne, de timidité, mais une chose était sure dans la tête de la Gryffondor, Lars n’avait pas pour habitude, pour coutume de sourire de cette façon…

Merci… je... sais pas trop quoi… Je te l’ai déjà dit, mais je ne ferais de mal ni à toi, ni à tes proches, c’est la seule chose dont je peux t’assurer, malheureusement…

Cette phrase signifiait une chose, Lars était sortit de sa rêverie et il ne semblait pas incommodé de la présence des mains de la demoiselle sur les siennes, à moins qu’il ne les sente pas mais c’était fort peu probable vu avec quel agilité il se servait de sa baguette magique… Elle lui sourit en se rendant compte qu’il se répétait, il semblait avoir peur qu’elle ne le croit pas mais c’était pourtant le cas… Cependant, elle doutait que s’il devenait mangemort un jour et que Voldemort lui ordonne de la tuer, la torturer ou bien de le faire subir à ses frères ou bien à son père, il puisse avoir la possibilité de refuser sous peine de subir la colère de celui qu’il appellerait maitre… Elle en frissonna rien qu’à y penser mais elle savait aussi, après réflexion, qu’elle n’en voudrait pas à Lars… C’était vraiment étrange, en arrivé a préférer qu’il la tue plutôt qu’il se fasse torturer par son maitre pour ne pas lui avoir obéi. Elle n’avait encore jamais endurer la moindre torture, si ce n’est les punissions de son père ou bien les nombreuses bagarres à mains nues auxquelles elle n’hésitait jamais a participer au risque de se faire très mal… Elle ne supportait pas qu’on s’en prenne à elle, à sa famille, à leurs honneur alors elle ne se laissait pas marcher sur les pieds…

-Tu sais… je crois bien que Rusard est vraiment stupide, il s’imagine nous avoir avec des stratagèmes idiots et puis il pense -non bien sur, il ne pense pas, lui – qu’on va finir par sortir… Un peu comme si on s’emmerdaient ici, parce que je sais, que comme moi tu t’ennuie pas par contre le concierge et sa foutue chatte, ils doivent vraiment s’ennuyer pour essayer de coincer des élèves à cette heure matinale… d’ailleurs, je me trompe, ou alors tu ne fais pas beaucoup ce genre d’escapades ? Sinon on se serait croisés depuis longtemps !

Iseult ne pu s’empêcher de rire légèrement quand elle entendit que Lars sous entendait que Rusard était incapable de réfléchir. C’était pas sympa et elle le savait mais elle trouvait ça amusant, après tout, Rusard était loin d’être un model d’amabilité et de bonté surtout envers les élèves, qu’ils lui aient fait quelque chose ou non, il les mettait tous dans le même panier… Lars avait raison, elle ne s’ennuyait pas, ça ne l’ennuyait pas le moins du monde d’être renfermé avec Lars, non ce qui la troublait, c’était comment il avait pu le savoir… Mais elle se rappela la réflexion intérieur qu’elle s’était faite un peu plus tôt et elle en sourit.

*Il peut lire en moi comme dans un livre ouvert…*

Elle ne le lâchait pas des yeux non plus, ne se lassant jamais de se perdre dans cette nuit sans font, une nuit d’été chaude et merveilleuse, celle où on ne voudrait pas s’endormir pour pouvoir en observer les étoiles à l’infini et essayer bêtement de les compter. Alors on lutte, encore, toujours, jusqu’aux dernières forces mais essayer d’en compter les milliers de petits soleils qui l’éclairent et la rendent tellement rassurante, cause notre perte et nous fait sombrer dans le sommeil le plus profond, profond comme la nuit, nuit dont on rêve et qu’on retrouve alors malgré tout… Les yeux de Larsen étaient comme ce genre de nuit, impossible a oublier, même lorsque l’on rêve, notre subconscient nous rappelle alors que le rêve ne peut être plus beau que si ces yeux en font partit…

Iseult trouvait ça étrange que Lars n’ait pas jeter de sort depuis un petit moment, mais elle réfléchissait à sa réponse alors qu’elle entendit un miaulement de miss Teigne, elle n’y pris pas garde et continuait ses réflexions personnelles. Effectivement, c’était la première fois qu’elle se baladait si tôt dans le château, mais en même temps ça ne faisait pas très longtemps qu’elle était élève ici et puis, c’était la première fois qu’elle se réveillait si tôt… Elle était partit en vadrouille plus d’une fois avant et depuis qu’elle était arrivée au collège, elle ne rêvait que d’avoir l’occasion d’aller explorer la forêt interdite… Peu être justement par ce qu’elle était interdite aux élèves… C’était certainement pour une bonne raison qu’ils n’avaient pas le droit d’y aller mais c’était plus fort qu’elle… Elle allait répondre à Lars, elle avait même ouvert la bouche mais elle s’arrêta dans son élan avant même d’émettre le moindre son. Les miaulements étaient répétitifs maintenant et semblait colériques, était ce possible qu’elle les ait repérer et qu’elle essayait de gratter la pierre à l’embrasure du tableau pour l’obliger à s’ouvrir mais en y regardant de plus prêt, l’homme du tableau aurait certainement déjà été en train de hurler après l’animal qui essayait d’abimer la toile du tableau…


ENCORE UN DE CES LIVRES !!!! ALLEZ-VOUS-EN !!!

Iseult ne pu empêcher un sursautement apeurer en entendant le concierge hurler de la sorte si prêt du tableau alors qu’elle le pensait plus loin. Heureusement il semblait que le vieux grincheux était trop occupé a empêcher les livres d’attaquer son chat pour avoir entendu le faible bruit qu’elle avait fait malgré elle… Apres avoir regarder le tableau pendant quelques minutes avec horreur, ses doigt se crispant légèrement sur les mains du Serpentard. Elle tourna les yeux vers Lars qui ne semblait pas avoir détacher les siens de son visage et elle s’en trouva instantanément rassurée, il semblait tellement sur de lui, tellement calme, comment aurait-elle pu paniquer encore… Il se pencha bientôt vers elle et elle entendit bientôt sa voix tout aussi calme et rassurante, comme s’il avait prévu son instant de panique et qu’il voulait à tout prix la rassuré.

Tu sais, je crois que ces deux là, en plus d’avoir la poisse et d’être détestés par tout le collège, sont en plus hais par la bibliothèque… Ils me feraient presque pitié… presque, hein !

Iseult pouffa de rire et retira une de ses mains de celles de Lars pour la plaquer contre sa bouche et ainsi se réduire au silence en ouvrant de grand yeux horrifier avant de tourner la tête vers la tableau à une vitesse incroyable, se faisant légèrement mal au cou. Elle observa le tableau de bois une nouvelle fois mais il semblait que le concierge était encore occupé a bataillé contre les livres ensorcelés. Il était vrais qu’il était plus facile de s’en débarrasser avec une baguette magique… Mais bon… Elle se redressa légèrement et se rapprocha de Lars sans pour autant détacher ses yeux du tableau. Quand elle sentit le souffle du jeune homme sur sa joue, elle parla tout en regardant en direction de la sortie.

-C’est la première fois que je me réveille si tôt ici… Et il faut que ça soit ce jour là que le concierge se trouve une passion pour la bibliothèque… Tu crois qu’il peut nous entendre ???

Elle tourna la tète vers Lars, ses yeux la suivant avec un train de retard, n’arrivant pas a se défaire du panneau de bois qui était le seul rempart entre Rusard et eux… Quand ses yeux se posèrent sur le visage de Lars après qu’elle eu l’impression d’avoir frôler quelque chose avec sa joue, elle se rendit compte qu’elle ne pouvait le regarder sans loucher, elle s’était approcher trop prés et elle se recula promptement en rougissant, baissant un instant les yeux tout en murmurant un « pardon » à peine audible, même pour elle-même…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marauders-hogwarts.forumsactifs.com/fiches-personnages-f1
Lars Piercowski

avatar

Nombre de messages : 886
Age : 24

Pensine
Gallions:
0/0  (0/0)
Année d'étude: 7eme
Sorcier de niveau: 3

MessageSujet: Re: Naaaaaaaaaaaaaaahh heu rien.. [pv]   Dim 13 Avr - 17:50

Le rire de la belle Iseult était toujours aussi rafraîchissant, on ne s’en lassait jamais, un peu comme un grand verre d’eau après un dur effort, ou une main tendue après avoir touché le presque fond, ou alors s’être enfoncé si bas qu’on ne pense plus jamais voir la salvatrice lumière d’une étoile quelle qu’elle fut. Le temps passerait, et jamais –il en était convaincu- Larsen ne se lasserait de l’entende, qu’importe les circonstances. Plus tard, lorsqu’il serait dans le doute, réfugié au fond de lui-même, il se remémorerait ce rire simple, avec ce visage joyeux aux intonations élémentaires mais magnifiques. Inconsciemment, avait mis ses yeux en position entrouverte, perdu dans on ne savait quelle pensée, sans doute très sérieuse au vu de son air grave de dirigeant d’entreprise corrompu, mais toujours impeccable, avec son air de cravateux. Quoi que non, ce n’était pas l’air qu’affichait Lars, il produisait cet effet de sérieux implacable, mais gardais cet aura de beau jeune serpentard aux yeux mystérieux, un million de réponse diverses et variées répondaient aux questions qui l’étaient tout autant dans son esprit, pourtant en cet instant, il avait une petite allure sociable, étrange, très étrange mecton.

Bien que ce qu’il avait dit n’était pas aimable, bien qu’étant toujours bienséant, il n’y avait pas de quoi scandaliser là-dessus, Lars se sentait un peu coupable, comme si ce qu’il disait rendait Iseult… mauvaise, comme s’il était en tain de la changer sans même s’en rendre compte ou que ce soit son dessein. Cette idée disparut de sa tête presque aussi vite qu’elle y était entrée chassée par nombres d’arguments comme par exemple le fait que de toutes manières, tout élèves étant en infraction ne pouvait être en bons termes avec le vieux concierge au crâne qui se dégarnissait peu à peu, et dont les vêtements devenaient de plus en plus crasseux, il en allait de même pour l’ignoble Miss Teigne qui semblait bien décidée à faire l’une de ses vies de la longueur de neuf, pour le plus grand malheur de chacun des élèves de Poudlard sur bien des générations. Ce qu’avait dit Léo l’anarchiste, semblait vouloir ne pas s’appliquer à ces deux là, « Avec le temps va, tout s’en va ». Il était sans doute temps de s’en plaindre au bon Nounours…

Avec un peu de gêne, Lars constata qu’a son instar, Iseult aussi le fixait sans pouvoir retirer son regard… Cependant, le malaise s’effaça en moins de temps qu’il n’en faut à un singe pour se balancer d’arbres en arbres dans une forêt d’Amazonie, ce bien entendu avec bien plus de grâce et d’agilité que Rusard qui luttait contre les livres –remarque ; le concierge possédait touts la souplesse et l’aisance du poisson globe hors de l’eau-. Iseult paraissait troublée… rien de plus normal étant donné que Lars venait justement de jouer à Mme. Irma, mais faire cette découverte n’avait rien de plus difficile que de voler une sucette à un bébé de huit mois aveugle, sourd et laissé seul sans surveillance au milieu d’un parc. Bon d’accord, ce genre de circonstances est aussi rare que les éclairs de génie de Rusard, je l’admet, mais qui est assez stupide pour vouloir voler une sucette à un petit, hormis un autre bambin ?

Lorsque le vieil aigri se mis à crier, Iseult sursauta au contraire du Serpentard qui resta de marbre, aussi indifférent aux excentricités de ce vieux fou que le prolo l’est aux délires et aux mondanités idiotes et surfaites des couillons de la première chaîne. Comme disait le frangin« Ici y’a des chaînes à briser, commence par les chaînes de télé, ça serait Byzance. », le jeune garçon posa cependant, enfin je dis « posa » mais il ne l’avait pas enlever, un regard doux, fervent, chaleureux, aimable et gentil sur sa compagne, la camarade qu’il espérait ne jamais perdre et qu’il savait qu’il garderait toujours, tout comme le souvenir de ces quelques instants qui n’étaient que trop court et qui le seraient quoi qu’il en soit, puisque ici il faut que le temps s’en aille et avec les moments de joies, de plaisirs pour ne laisser qu’un souvenir impérissable. Il lui parla de sa voix la plus apaisante et la plus rassurante et la fit en guise de réponse un éclat de rire qu’elle éteint, comme le brave pompier éteint les flammes, avec l’unes de ses mains douces. En regardant la sortie elle et l’envie de lui demander quelque chose, il le sentit, comment, il ne le savait puisque leurs regards ne se croisaient plus, cependant, il en était certain, elle n’allait pas tarder à s’approcher. Ce qu’elle fit quelques instants plus tard… Lorsqu’elle fut assez proche, elle lui chuchota une réponse, plutôt courte.


-C’est la première fois que je me réveille si tôt ici… Et il faut que ça soit ce jour là que le concierge se trouve une passion pour la bibliothèque… Tu crois qu’il peut nous entendre ???


Cependant, elle se rendit compte de leurs proximité et recula rapidement, quelque peu déstabilisée par la destruction, courte certes, de leurs espaces personnels. Le teint de la peau, les yeux aux iris de la nature, baissés, elle dit tout bas que Larsen n’entendit pas dont il devina la teneur pleine d’excuses. Lars lui fit un clin d’œil et son regard rassurant voulait tout dire, il n’y avait pas de mal. Le concierge sembla s’éloigner dans un grand fracas, du moins les cris s’étaient espacés de quelques mètres, mais l’homme était toujours là, pas de doute, ils pouvaient tout deux l’entendre crier s’ils n’étaient pas sourd. D’ailleurs, il criait même plus fort, cet imbécile allait finir par dépieuter tout le château. Mais il se posa alors une question dans la tête du Serpentard. Que se passerait-il si Rusard attirait du monde… comment sortiraient-ils ? En espérant que ça ne serait pas le cas –car, songeait-il lui on était habitué à le voir faire des escapades, tant qu’Iseult.

Pensif, il laissa le silence emplir la pièce quelques instant, tous ses neurones en action, il réfléchissait à toutes les possibilités envisageable, que se passerait-il dans ce futur proche ? Une question que lui, mais aussi, chacun se posait un jour, qu’allait-il se passer ? La réponse se trouvait-elle au fond des yeux d’Iseult ? Lars semblait le croire, car il était parti y découvrir des trésors. Il finit par dire d’une voix basse, après s’être approché :

-Ne t’inquiète pas, il ne peux pas nous entendre, il s’es trouvé une passion pour la lecture…



[Regression -_-]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iseult Ethylda
Modérateur MH
avatar

Nombre de messages : 721
Age : 32

Pensine
Gallions:
550/1000  (550/1000)
Année d'étude: 1er
Sorcier de niveau: 1

MessageSujet: Re: Naaaaaaaaaaaaaaahh heu rien.. [pv]   Jeu 24 Avr - 22:06

Iseult se sentait vraiment très mal, persuadé que le Serpentard devait se demander ce qu’elle faisait à Gryffondor alors qu’elle passait son temps a sursauter dès que le concierge faisait trop de bruit. Elle était pitoyable, il fallait bien le dire mais quelque part au font d’elle-même, elle espérait que Lars n’avait pas pitié d’elle. C’était un sentiment qu’elle espérait ne jamais inspirer chez personne. Certain ne vivent que pour ça, pensant que c’était la solution à tout mais Iseult trouvait que c’était une des choses les plus abaissantes qui puisse exister sur terre… De plus, allez savoir pourquoi, elle aurait trouver ça pire si ça venait de Larsen… Elle garda les yeux baissé, n’osant pas voir l’expression du visage du jeune homme qui pouvait exprimer énormément de choses ou alors pas du tout, elle n’en savait rien et d’un coté n’avait pas envie de savoir. Tout comme il était parfois préférable de ne pas connaitre toutes les pensées des gens, leurs intentions à votre sujet ce qu’ils veulent, ce qu’ils prévoient… Même si on voudrait tellement le savoir… Iseult sourit et se dit que de toute manière, Lars semblait tellement complexe que personne ne devait savoir ce qui se passait dans sa tête, peu être que lui-même, il ne savait pas tout…

Elle finit cependant par relever les yeux vers le visage masculin qui ne semblait pas avoir quitter le sien de vue. Immédiatement les prunelles émeraudes croisant les iris de Jade tellement profondes et mystérieuses qu’elle se demandait comment elle avait fait pour ne pas s’y perdre… Mais d’un autre coté, il lui était tellement difficile de détacher son regard de celui de Lars qu’elle s’y perdait volontiers… Elle se surpris même à penser qu’elle avait de la chance de ne pas être en même année que lui par ce que sinon, elle passerait surement ses heures de cours à chercher son regard. C’était pas très intelligeant et ça sonnait incroyablement fleur bleu, surement plus que barbant pour le Serpentard, mais c’était ce qu’elle pensait… Le léger sourire qui était venu sur ses lèvre ne la quitta plus et elle se demandait pourquoi il la regardait de cette façon, avec cet air totalement inconnu pour la jeune demoiselle, totalement indéfinissable et Merlin savait à quel point elle aurait aimer savoir ce que ce regard voulait dire… Néanmoins il ne semblait pas fâché pour leur ‘‘rapprochement’’ pas vraiment voulu… Il finit par s’approcher à son tours pour lui parler toujours dans ce murmure comme venu d’un autre monde.


« Ne t’inquiète pas, il ne peux pas nous entendre, il s’es trouvé une passion pour la lecture… »

Iseult du concentrer toute sa volonté pour ne pas rire à la remarque de Lars, elle qui s’était toujours demander si le concierge savait réellement lire… Cette fois ci, elle y réussit et aucun son ne sortit d’entre ses lèvres purpurines. Malgré tout ses efforts et si le Serpentard avait une bonne vue, ses joues avaient rougie de devoir retenir se rire et ses yeux brillaient d’avantage de malice. Elle trouvait la vision du concierge, bien installé dans un coin de la bibliothèque, plongé dans un livre d’histoire de la magie, parfaitement ridicule… C’était comme si on lui disait que Dumbledore se raserait la barbe et se teindrait les cheveux en rose, quoi que… Connaissant ce vieux loufoque, il en serait bien capable… Elle retint un nouveau rire du à sa dernière pensée, en effet, imaginez vous donc un peu un Dumby sans barbe avec les cheveux rose…

Elle resta silencieuse un moment, à la fois pour ne pas faire trop de bruit d’un coup et surtout pour réussir à se contrôler pour ne pas rire toute seule comme une échappé d’asile… Lars ne s’était pas éloigné apparemment, surement qu’il attendait une réponse ou peu être qu’il était pas super à l’aise dans cette cachète pas bien haute surtout pour lui dont la taille dominait celle de la Gryffondor, même assis… Elle avait du baisser les yeux, légèrement pour éviter de loucher ce qui l’aurait rendu des plus ridicule à n’en pas douter… Du point de vu du Serpentard, il devait se demander si elle n’était pas en train de regarder ses lèvres ou peu être le bout de son nez mais Iseult n’y pensa pas, trop occuper à se rendre compte à quel point il lui était compliquer de soutenir le regard de Lars trop longtemps sans pour autant avoir l’impression qu’il pouvait voir tout ce qu’elle pensait… Elle vint bientôt aux mêmes conclusions que Lars, à savoir qu’à force de gueuler de cette façon, le concierge ameuterait surement tout le collège et que ça allait leur donner quelques difficultés à sortir d’ici car même si elle n’en n’avait aucune envie, ils n’allaient tout de même pas passer leur vie enfermé là dedans… Apres une rapide réflexion personnelle, elle fit part à Lars de ses conclusions, toujours à voix basse, laissant ses yeux là où ils étaient.


-Tu sais… Si jamais tu veux sortir, je peux toujours aller voir le concierge et lui dire que je me suis perdu… Je ne suis qu’une première année, je sais jouer la comédie et toi, tu n’aurais qu’a filler en douce pendant que je l’occupe…

Elle releva les yeux pour lui faire un clin d’œil complice pendant que son sourire s’accentuait. Elle n’avait pas peur de Rusard, elle savait faire semblant de pleurer, elle savait aussi faire en sorte que les situations critiques tournent en son avantage et elle savait qu’elle serait moins sévèrement punie que Lars en cas de prise de main dans le sac… Apres tout, elle avait des circonstances atténuantes. Iseult regarda Lars comme ça pendant quelques secondes avant qu’ils n’entendent un bruit sourd, un bruit de coups tout près d’eux et à bien y entendre, sur le tableau, d’ailleurs c’était évident puisque le fameux tableau hurlait sur le concierge… L’homme, se désintéressant des livres et de son chat qui miaulait comme je sais pas quoi pour qu’on l’aide, commença une joute verbale avec le tableau, les mots n’étaient pas super poli et il y en avait certains même que la jeune femme n’avait jamais entendu, pourtant elle avait tout de même deux frères âgés de 20ans… Si elle comprenait tout, Rusard avait reculer sous la charge des livres, marcher sur la queue de son chat et atterri sur le tableau… Iseult, légèrement outré par les propos injurieux et incroyablement malpoli qu’elle entendait, avait les yeux écarquillés, la bouche ouverte de stupeur et ne pensait même pas au fait qu’il était juste devant leur cachette… Elle regarda l’arrière du tableau pendant un petit moment durant lequel les cris ne faiblirent pas puis tourna lentement le visage vers Lars, ne changeant pas d’expression, n’arrivant pas à croire que des mots pareils existaient, certain propos mal placés étaient même plutôt obscènes du style, le mec du tableau qui proposait à Rusard d’aller tripoter son chat et Rusard qui proposait un plan au mec avec la grosse dame qui gardait l’entrée de la salle commune des Gryffondor…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marauders-hogwarts.forumsactifs.com/fiches-personnages-f1
Lars Piercowski

avatar

Nombre de messages : 886
Age : 24

Pensine
Gallions:
0/0  (0/0)
Année d'étude: 7eme
Sorcier de niveau: 3

MessageSujet: Re: Naaaaaaaaaaaaaaahh heu rien.. [pv]   Ven 25 Avr - 13:21

Lars le comprit en croisant son regard, Iseult était elle aussi, en train de chercher une solution. Quelles étaient ses conclusions ? Aucune idée ! La pensée confuse dans laquelle Lars se pouvait être symbolisé par un monde perdit dans un monde étrange et complexe, une gigantesque usine désordonnée ou chacun avait son idée et ou tous représentait une partie de sa personnalité, de sa pensée, de sa façons de vivre. Un millier, un milliard ou dix garçons aux cheveux noirs comme leur iris, marchaient en tous sens se disputant les un les autres. Personne ne semblait avoir des partisans, chacun exprimait une idée auquel les autres trouvaient toujours une réplique cinglante. Ainsi l’un d’entre eux proposa, en devant hurler comme un sagouin pour pouvoir se faire entendre. Sans oublier de jeter un sort au Larsen qui se trouvait à sa gauche et du se dépêcher de filer aux toilettes les plus proches pour vérifier certaines choses sous les éclats de rires de quelques-uns de ses jumeaux.

« -Et si on faisait sortir la petite Iseult ? Elle pourra sans doute convaincre le vieux fo… »


Il y eut un tonnerre de réflexion, assis dans un coin, un Lars un peu plus sombre leva sa baguette et envoya trois éclairs de lumière en quelques secondes. Tous touchèrent leurs cibles et le calme revint aussi vite qu’une prof d’anglais se ferait agresser si elle croisait un de ses élèves dans une ruelle sombre, je peux vous dire que ça se compte en centième de secondes. Celui qui avait ramené le calme s’était levé et tout doucement il s’était approché de son confrère, celui qui avait proposé cette idée. Celui-ci prit un air innocent et un grand sourire se dessina sur ses lèvres tandis qu’il priait le bon Nounours pour avoir la vie sauve. Le Larsen au regard noir était plus grand, il l’attrapa par le licou et lui dit sans élever la voix mais ce fut parfaitement audible :

« -Hors de question !!! C’est contraire à nos Règles !! »

Un autre Lars, tout aussi charismatique, s’était approché et avait forcé son camarade à lâcher le petit gars apeuré. Les deux se toisèrent un moment comme dans les vieux westerns, apparemment il n’allait pas tarder à en venir aux mains lorsqu’un autre jeune homme intervint :


« -Lars ( Razz) voyons, tu ne vas pas te battre ! »

-Bien sur que si, rétorqua un Lars qui portait blouson en jean bleu et tenait dans une main sa baguette et dans l’autre une canette de soda à moitié vide, enfin à moitié pleine, enfin vos voyez quoi, à moitié entamée… Mais aussi à moitié terminée, oui c’est très subtil !

« -Bas-toi, toi-même alors", répliqua en le giflant son voisin, un p’tit Larsouille à l’air rogue.

La suite parti en baston générale quand le même qui avait instauré un calme si passager, un accord de paix en papier à chiottes envoya de nouveau quelques éclairs verts dans le tas. Aussitôt, il y eut une nouvelle accalmie dont il profita pour s’exprimer avec une voix forte et résonnante qui malgré les chuchotements mécontents qui se faisaient de plus en plus nombreux.


« - Je disais… Que le prochain qui envoie une idée aussi stupide aura affaire à moi…(
Arrow ) »

Il retourna s’asseoir dans son coin en ne faisant pas plus attention aux autres que s’ils avaient étés des fourmis du Sud de la France et lui un ours blanc des pays gelés aux confins du globe.

« -Donc, quelqu’un as-t-il une idée ? … Bon moi je dis au diable les Règles parce qu…


Il s’écroula sur le sol, tué par le Lars du coin sombre… Les Règles, c’est la loi, la loi c’est les Règles ! Les discutions se poursuivirent animées et finalement on décida un vote… Malheureusement chacun vota pour sa propre idée ce qui fi que l’on n’était toujours pas plus avancé. Un nouveau moyen de délibération allait être étudier lorsque Lars revint sur la Terre ou n’y a qu’un seul lui et ça fait déjà assez d’emmerdes. Qu’est-ce qui l’avait ramené ?


-Tu sais… Si jamais tu veux sortir, je peux toujours aller voir le concierge et lui dire que je me suis perdu… Je ne suis qu’une première année, je sais jouer la comédie et toi, tu n’aurais qu’a filler en douce pendant que je l’occupe…

Il cligna des yeux et hop il avait repris ses marques, c’était Iseult qui venait de parler et voici ce qu’elle avait dit, toujours doucement, à vois basse, les conclusions que lui avait craint qu’elle ne fasse, et pourtant elle les avaient faites… Qu’allait-il trouver à rétorquer ? Ouais il était temps de décréter un état d’urgence, car il fallait qu’il trouve un argument et un bon. C’est donc en faisant « non » de la tête qu’il commença par répondre. Il fit ce non, sèchement et vite, un non qui ne souffrait pas la contestation et pourtant il n’y avait pas d’autre alternative, la réponse négative venait presque en réponse au clin d’œil complice qu’il ne lui avait pas rendu, le Serpentard était absolument contre cette idée et il l’aurait volontiers arraché avec des pinces de la tête de sa condisciple de Gryffondor. Quelle preuve qu’il avait raison pouvait-il bien apporter pour soutenir ce « non »… Aucune, il n’en trouva aucune. Et pourtant Larsen, chercha, il chercha quelques secondes, puis d’autres encore, ces secondes qui parurent des heures mais ne furent pas plus de deux quinzaines. Se cantonner à un non catégorique n’était pas une bonne idée, il lui fallait autre chose… Mais quoi ? Puisque se creuser les méninges en silence jouait en sa défaveur, il allait tenter une autre approche, une nouvelle stratégie, gagner du temps, qui lui permettrait de trouver autre chose qui ne le ferait passer ni pour un traître, ni pour un lâche. Ca n’allait pas être facile, surtout s’il devait la regarder dans les yeux. Aie, un des problèmes était là, elle pourrait lire en lui bien facilement si elle pourvoir voir son regard… Le détachant à grande peine, Lars s’intéressa au mur derrière lequel était accroché la toile, mur inintéressant par ailleurs… Le jeune homme aux cheveux ébène chuchota avec une intonation peu sereine, mais volontaire, sa voix était confiante…

-Non, tu ne devrais pas…Rusard serait capable de pendre son fils par les pieds dans les cachots s’il avait une mauvaise note. Et ça même si le gamin n’avait pas quatre. Enfin heureusement, il a pas d’enfants, enfin…Pas étonnant. Vu qu’il aurait pend sa femme avant. S’il en avait eu une…


Il y eut un silence pendant lequel ils semblaient chacun à la recherche d’arguments, mais l’argument le plus convaincant fut le fracas de quelqu’un qui cognait… le tableau… La discussion qui s’ensuivit fut violente. Apparemment eux ne manquaient pas d’arguments, tel qu’un plan avec la grosse Dame ou avec Miss Teigne, voir comme la lança Sergei avec un Troll des Montagnes. Iseult semblait bien plus choquée que lars qui ne voulait surtout pas que le ton monte, car là, ils ne pouvaient même pas tenter une sortie. Il fallait essayer autre chose. Et Lars allait prendre les choses en main. Il s’approcha de l’ouverture en faisant signe à Iseult de ne pas bouger puis il observa le pan de mur qu’il ouvrit à peine. Une fourmi aurait eue du mal à passer. La baguette pointée vers les étagères de livres, il murmura.

- Bombarda Maxima !

L’effet ne se fit pas attendre, les étagères s’écroulèrent aussitôt dans un grand fracas, il leur faudrait se dépêcher, dès que ce fut éloigné en maugréant que le tableau ne payait rien pour attendre. Tirant la jeune Gryffondor par le bras, Lars les fit sortir en prenant garde à refermer l’ouverture.

-Salut et merci, l’ami !

Il l’attira alors derrière les bibliothèques à l’opposé de celles qu’il avait détruites. Remarquant aussitôt que leurs baguettes étaient toujours allumées, ce qui pouvait évidemment leur nuire, il murmura suffisamment fort pour qu’Iseult l’entende
:

« -Nox »

Enfin, il la lâcha et avançant à petit pas, la baguette pointée au cas ou, dans l’obscurité, où il avait du mal à voir Iseult. Cependant, il la fit très vite passer devant, car comme ça, ils se perdraient, mais on est toujours moins perdus à deux que seul. A mesure qu’ils avançaient, le Serpentard se décrispa… Bien qu’il ne puisse pas dire exactement où se trouvait le brunette à cause de cette foutue obscurité, deux chose le rassuraient, Rusard étaient visible de loin avec sa lanterne, et il l’entendaient insulter le tableau, à distance cette fois. Son bras détendue, celui qui tenait la baguette ne l’était plus, et il avait même rangé celle-ci, marchant désormais, les bras ballants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Naaaaaaaaaaaaaaahh heu rien.. [pv]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Naaaaaaaaaaaaaaahh heu rien.. [pv]
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Rien n'égale la soupe au giraumon de ma mère.
» Il n'y a rien de nouveau sous le soleil Lavalas
» Quand Steven Bénoit ne trouve rien à dire
» Rien pour écrire à sa mère...
» Pour ceux qui n'ont toujours rien compris à Matrix ^^

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marauders Hogwarts :: Poudlard :: Interieur du chateaux :: Bibliothèque-
Sauter vers: